Les 6 erreurs de gestion des ressources humaines couramment commises

Erreurs

Les 6 erreurs de gestion des ressources humaines couramment commises.

Récemment j’ai participé à une conférence animée par Mme Nathaly Riverin , directrice générale de l’école d’entrepreneurship de Beauce. Le titre de la conférence était : Les 10 pires erreurs vécues par les chefs d’entreprise. Étonnamment sur les 10 pires erreurs, 6 relevaient d’une mauvaise gestion du facteur humain.   Regardons de plus près quelles sont les pires erreurs reliées au facteur humain que commettent couramment les chefs d’entreprise:

 

Embaucher trop vite 

Rarement les petites entreprises ont le temps pour rencontrer plusieurs candidats afin que LE candidat idéal se présente. Les employés sont débordés et on attend avec impatience celui ou celle qui viendra nous désembourber. Le hic c’est que la plupart du temps on minimise l’inexpérience ou l’incompétence des candidats rencontrés afin d’accélérer le processus et de pouvoir embaucher au plus vite. Après quelques semaines on se rend compte que ça ne fonctionnera pas à moins d’investir beaucoup de temps et d’énergie en formation! L’embauche est une activité névralgique pour la bonne santé d’une organisation et tout chef d’entreprise devrait y accorder une très grande importance.

Ne pas asseoir les bonnes personnes dans les bonnes chaises

L’erreur courante est de promouvoir quelqu’un en fonction de son ancienneté ou de sa compétence dans son poste actuelle ou de confier une responsabilité à quelqu’un qui n’a pas le profil du poste. Demander à une personne qui a beaucoup d’entregents d’entrer des données dans le bureau situé au fond du corridor ou nommer notre super technicien/analyste directeur du service qui implique la gestion d’une équipe sont de bien mauvaises idées. En définissant les profils de personnalités idéaux pour chacun des postes de l’entreprise et en conciliant les objectifs de carrière des employés avec leur profil de personnalité, on peut y arriver. Il suffit de prendre le temps de faire des plans de développement et des profils de poste.

Laisser trop de latitude aux gens

La nature a horreur du vide et si personne ne dirige ou ne contrôle les activités, les employés se créeront des tâches ou des objectifs qui pourraient ne pas être en lien avec les objectifs globaux de l’entreprise. Ça prend un guide, un capitaine un directeur qui a une vision claire et qui répartit les tâches et responsabilités et qui veille au contrôle de la qualité. Ce n’est que lorsque les responsabilités sont bien définies, que les procédures sont claires et que la qualité est là, qu’on délèguera encore plus d’autonomie aux employés, sans toutefois ne jamais oublier de contrôler les résultats!

Penser qu’on communique clairement

Dans une entreprise la communication est omniprésente et se présente sous différentes formes; réunion, courriel, procédure, politique, etc. Il devient donc crucial d’en être conscient et de savoir bien l’utiliser. La meilleure façon de savoir si notre communication est claire et efficace est de prendre l’habitude de demander un feedback à son interlocuteur pour vérifier ce qu’il a compris. Les erreurs de perception, ou d’interprétation sont fréquentes et génèrent des erreurs ou des conflits qui pourraient facilement être évités. La communication n’est pas simple et la sous-estimer pourrait s’avérer être un frein considérable à la croissance de l’entreprise.

Ne pas se dissocier émotivement des hauts et des bas de l’entreprise

Une entreprise a ses hauts et ses bas et le chef d’entreprise devrait être capable de prendre du recul et ne pas alerter ses employés d’un mauvais mois ou d’un super contrat potentiel. Il doit garder la tête froide même dans les pires situations et rassurer les employés afin d’éviter l’exode de main-d’œuvre qualifiée. Inversement si vous laissez miroiter la possibilité d’un contrat extraordinaire et que celui-ci n’aboutit jamais, votre crédibilité en prendra tout un coup. Le chef d’entreprise doit maitriser ses émotions devant les employés afin de maintenir leur sentiment d’appartenance et leur confiance.

Garder des personnes ayant une attitude négative.

Vous connaissez l’adage qui dit que les pommes pourries contaminent le panier? En matière de gestion des ressources humaines, c’est la même chose. L’une des tâches les plus ardues pour un gestionnaire est de maintenir des équipes motivées. Pour ce faire il doit adopter une attitude positive même dans les situations difficiles ce qui demande énormément d’énergie. Il suffit qu’une personne ait une attitude négative pour voir tous ses efforts anéantis étant donné qu’il est beaucoup plus facile de tomber dans le négativisme que du contraire. Alors, ne laissez pas vos efforts compromis par l’attitude négative des gens. Recadrez-les rapidement afin d’éviter les dommages collatéraux!

 

Isabelle Thériault, CRHA Conseillère en développement organisationnel